La Brebis du Lycée

Une brebis au milieu de la cour d’un lycée… ça vous intrigue ??? Eh bien vous n’êtes pas les seuls !!! C’est pourquoi nous avons cherché des explications à cette question. Pour cela, nous nous sommes renseignés sur le but du sculpteur.

Voici son avis sur la question :

“Ma sculpture est, avant tout, destinée aux adolescents qui, pendant quelques années seront de passage dans ce lieu qui les formera et les orientera. J’aimerais qu’en elle, ils se reconnaissent.

Face à une déshumanisation croissante de notre société, sa présence insolite rappelle des valeurs perdues, des racines oubliées. Enceinte, chaude, au corps frêle et au regard bienveillant, elle transporte la vie, l’espoir.

Provocatrice, elle est nue, crue, et en réaction contre la mièvrerie des personnages de bandes dessinées, asexués et puribonds, d’un monde irréel et destiné à l’enfant.

Une brebis géante, c’est paradoxalement le contraire de la force. Faite de
papier jetable, elle s’oppose au veau d’or. Ce corps géant, au modeste manteau, se veut un pied de nez à la vanité humaine. L’importance de sa stature et sa position figée mettent l’accent sur la légère rotation de sa tête. Son regard interpelle davantage. Ludique, le frêle animal devient un abris, un refuge.

 

La sculpture mesure 2 m 76 de haut, 3 m 58 de long, 1 m 70 de large et pèse près de 500 kg. Elle est en résine ignifugée avec une armature de métal et recouverte d’une “peau” en tissu anti-UV, sérigraphiée de caractères papier-journal agrandis cinq fois et protégée par un vernis résistant. La pérennité des matériaux et leur compatibilité ont été testées par un institut de recherche spécialisé, Reposa et garanties par un cabinet d’ingénieurs, Ferro Estudio Arquitectura. Elle a été réalisée près de Madrid, à l’Escorial et à Torrejon. Elle sera installée sans socle. En lui retirant son socle, J’ôte à ma brebis la sécurité, et lui donne la vie.”

Nous espérons que les propos du “père de notre mascotte”, Jean-François FOURTOU, auront satisfait votre curiosité.

Haut